Qu’est ce que l’Alimentation Vive?

 

Peut-on énoncer comme axiome de base d’une alimentation saine que les aliments ”tels que la nature les a conçus” sont incontournables ?


1) Qu’est ce qu’une alimentation saine ?


C’est une alimentation qui nourrit en donnant de l’énergie, de la vitalité, une bonne capacité à gérer les émotions et le stress, qui rend beau et équilibré.  En bref, qui donne une santé resplendissante.

C’est également une alimentation sans effet secondaire, à court, moyen ou long terme ; par  exemple : le stress, l’hypoglycémie, les coups de pompe, l’anxiété, le négativisme, la dépression, les caries dentaires, le vieillissement prématuré, l’hypercholestérolémie, le gâtisme ou encore les maladies dégénératives, inflammatoires et auto-immunes.


2) Que sont des aliments ”tels que la nature les a conçus”  ?


Ce sont des aliments :

  1. Présentant un équilibre optimal entre les apports de macro-nutriments et de micro-nutriments

  2. Complets c à d non raffinés

  3. Peu ou pas hybridés (en tous cas pas génétiquement!)

  4. Fraîchement récoltés et de saison

  5. Conservés sans produit chimique, sans congélation ni réfrigération prolongée

  6. Cultivés biologiquement, sans produit chimique de synthèse : fongicides, pesticides, engrais

  7. Cultivés dans un sol riche en matières organiques et présentant un PH équilibré

  8. Si possible cultivés selon des méthodes biologiques utilisant des fertilisants naturels exaltant la force vitale des plantes : biodynamie, méthode des templiers, permaculture, Forest Garden Project (label FGP)…


3) Pourquoi des aliments ”tels que la nature les a conçus”  ?


L’organisme à besoin de protéines, de sucres et de graisses. Ce sont les éléments fonctionnels et constitutifs de notre organisme. Celui-ci ne peut pas les utiliser tels quels, il doit pouvoir les démonter et les reconstruire à sa façon. Leur parfaite assimilation et utilisation sont assurées par les micros nutriments. Ils assument les rôles de catalyseurs, sans eux, aucun processus d’assimilation et de digestion ne se fait harmonieusement. Sans ces derniers, la malnutrition, les carences et surtout l’intoxication du terrain, apparaissent. Le bon fonctionnement de notre métabolisme en dépend.

Seuls les aliments crus, frais, de variétés non-hybridées et cultivés naturellement, contiennent, les macros nutriments et les micros nutriments en parfait équilibre ; ils sont la seule réponse précise à nos besoins physiologiques.


Les macros nutriments sont les éléments énergétiques et de construction de notre organisme. Ils sont représentés par les protéines (protides), les sucres (hydrates de carbones ou glucides) et les graisses (acides gras ou lipides).


Les micros nutriments sont les éléments fonctionnels de l’assimilation des aliments, ils sont représentés par les minéraux, les vitamines, les oligo-éléments, les enzymes, les phytonutriments, les arômes, les pigments, les hormones et autres substances encore à découvrir.


4) Ce qui détruit l’équilibre des aliments ”tels que la nature les a conçus“


4.1. La toxicité évidente des manipulations industrielles


La nécessité, pour l’industrie alimentaire de conserver les aliments sans altération apparente pendant très longtemps et de faire un profit optimalisé entraîne toute une série de manipulations qui ne sont pas sans effets pervers.


Les manipulations les  plus courantes :


  1. L’extraction à chaud et à l’aide de solvants, des huiles de cuisine, entraîne une modification profonde des acides gras essentiels, les rendant inassimilables, inopérants et toxiques

  2. Le raffinage des sucres et des farines entraîne la déminéralisation, l’obésité, le stress et l’hypoglycémie

  3. Le procédé UHT et la pasteurisation de la plupart des produits laitiers, en détruisant la vie enzymatique, rendent l’assimilation de ces derniers très problématique, entraînant l’intoxication de l’organisme

  4. Les additifs alimentaires tels que : les antioxydants, stabilisants, colorants, édulcorants (sucre raffiné, sirop de glucose, sucre inverti, aspartame), exhausteurs de goûts, gélifiants, etc., trompent l’instinct alimentaire en modifiant le niveau de satiété, d’où surconsommation et excès de poids. La toxicité de ces produits n’est plus à démontrer

  5. La lutte bactériologique par le biais de l’irradiation aux substances radioactives dont le cobalt 60, par séchage à haute température, par l’utilisation d’antibiotiques ou par la congélation ; cela détruit les enzymes, les ferments et les autres catalyseurs de digestion ou agents de la flore intestinale, entraînant une mauvaise assimilation des nutriments suivie d’un affaiblissement et d’une intoxication progressive de l’organisme

  6. L’utilisation intensive de fertilisants, fongicides et pesticides chimiques entraîne une pollution et un affaiblissement progressifs des sols, des eaux et des produits qui en sont issus. Ces aliments ne satisfont plus aux besoins de l’organisme à cause des déséquilibres et de la toxicité qu’ils entraînent. Les résidus de produits chimiques, les excédents d’eau et de cellulose ainsi que les carences en vitamines, minéraux et enzymes en font des aliments médiocres et de second choix

  7. Les organismes génétiquement modifiés : par clonage et autres tripotages des gènes, les industries agro-alimentaire et pétrochimique transforment les fruits, les légumes et les céréales. Le but de la manœuvre étant de vendre des produits chimiques (agissants sur des cultures rendues résistantes aux herbicides totaux), de s ‘assurer un monopole sur les graines (rendues stériles, ne pouvant plus se reproduire), en faisant miroiter aux fermiers et aux maraîchers des rendements toujours plus élevés pour un travail de plus en plus facile.


4.2.  La toxicité insidieuse des manipulations et cuissons ménagères courantes


Les manipulations les plus courantes :


  1. La cuisson au micro-onde entraîne une dénaturation des protéines, une dévitalisation générale des aliments. Ces derniers continuant à émettre des micros ondes, nocives pour le vivant, pendant 10 à 15 minutes après la cuisson. Ces aliments sont la cause de ballonnements, flatulences et somnolence, preuve d’une digestion anormalement pénible

  2. Les aliments cuits en friture contiennent jusqu’à 200 fois plus de graisse que ceux qui sont cuits à la vapeur. La haute température modifie la structure moléculaire des acides gras, leurs sens de rotation change, le corps ne les reconnaît plus, ils sont toxiques

  3. La congélation brise et désorganise la structure des aliments par gonflement de l’eau qu’ils contiennent ; les vitamines, enzymes et minéraux disparaissent, l’aliment n’est plus qu’un maigre apport de calories vides

  4. Les cuissons à haute température (rôtis, fonds, pâtisseries, braisages) créent, par association des protéines et des sucres, de grandes quantités de radicaux libres (molécules de Maillard), qui squattent littéralement l’organisme. En règle générale, plus la température est élevée plus les modifications, dans la structure des aliments, sont importantes et plus l’aliment devient toxique

  5. La cuisson au barbecue ou au grill crée une substance, le benzopyrène, qui cause des cancers de l’estomac et des leucémies lorsqu’il est donné à des animaux de laboratoire. Les 200 grammes de viande cuite au barbecue du dimanche empoisonnent autant que de fumer 600 cigarettes

  6. La cuisson en autoclave (150°) détruit toutes les vitamines et toutes les enzymes, bloque les minéraux et les protéines

  7. La conservation au sucre blanc (confitures) entraîne une très grande consommation de sucre rapide responsable de stress, irritabilité, hypoglycémie, déminéralisation, avitaminose et autres délices

  8. L’eau de ville est chlorée et bourrée de nitrates, de virus, de bactéries, d’œstrogènes... Les eaux de bouteille manquent de dynamisation à cause du temps de stockage et elles sont polluées par le PVC qui les contient.


5) La réponse de ” l’Alimentation Vive”


5.1. Les bases du concept :


  1. Une eau de qualité  : soit de source à la sortie de celle-ci ou, filtrée par osmose inverse ou, de bouteille mais très faiblement minéralisée (Mont Roucous, Montcalm, Spa Reine, Volvic, Glaciar ou Laurétana...)

  2. Des huiles de première pression à froid  : olive, sésame, noix, noisettes, tournesol, pépins de courge, pépins de raisins, argan, coco, palme rouge... ; pour les apports en acides gras dont certains dit essentiels, tels que : saturés, mono-insaturés et poly-insaturés

  3. Les graines germées  : oléagineuses, céréales, légumineuses et légumes ; toutes ces graines doivent impérativement être germées. En effet, le trempage neutralise les inhibiteurs de germination qui sont toxiques et la germination provoque une explosion des micro-nutriments et une pré-digestion des macro-nutriments, rendant ces aliments hautement énergétiques et très facilement assimilables

  4. Les fruits, les légumes, les graines, la viande, le poisson : devront êtres issus de l’agriculture biologique et de préférences être issus de variétés anciennes. Pour les végétaux frais, le temps entre la cueillette et la consommation doit être le plus court possible. Seuls ces aliments fournissent à notre organisme l’équilibre parfait entre micro et macro-nutriments

  5. Les fleurs comestibles & les herbes aromatiques condimentaires : très riches en huiles essentielles, flavonoïdes et autres pigments. Elles sont des compléments alimentaires fantastiques et apportent également une grande diversité de goûts et de couleurs qui permettent de varier les plaisirs à l’infini

  6. Les lacto-fermentés  : les olives noires et vertes, les prunes mébosi, les misos, le tamari et le shoyu, les légumes comme la choucroute, le réjuvélac, les fromages d’oléagineux et les crèmes végétales protéinés sont des aliments prédigérés contenant beaucoup de vitamines, minéraux, enzymes et ferments lactiques. Ces aliments sont d’excellents compléments alimentaires, grands amis de notre flore intestinale

  7. Les sucres naturels : le sucre intégral, le miel cru, les sirops d’agave et de yacon, et les fruits séchés sont les seuls agents édulcorants recommandés. Attention de ne pas les chauffer car ils perdraient leurs avantages

  8. Les cuissons à basse température : au four à air pulsé à 85°C, à la vapeur à 95°C, à l’étouffée entre 65 & 85°C, au déshydrateur à partir de 30°C jusqu’à 65°C

  9. Les algues marines et d’eau douce : celle-ci contiennent des quantités impressionnantes de minéraux (jusqu’à 20 fois plus de calcium que le lait), d’oligo-éléments, de vitamines, chlorophylle et protéines ; elles sont des compléments alimentaires très précieux.


5.2. La règle de base :


  1. 70 à 80 % d’aliments crus : graines germées, lacto-fermentés, huiles de 1ère pression, algues, fruits, légumes, poissons, viandes, œufs, miel, herbes, fleurs…


  1. 20 à 30 % d’aliments cuits : cuits à basse température (- de 100°C). Les aliments cuits même à moins de 100°C sont carencés en enzymes et sont par conséquents beaucoup moins assimilables que s’ils étaient crus. Il est dès lors intéressant de les servir avec une sauce crue à base d’huile de 1ère pression, de tamari ou de shoyu ou de prunes mébosi ou de fleur de sel et d’herbes fraîches.


Mangez authentique et sain !


La Charte :

1. Tous les aliments végétaux utilisés sont frais, bios ou sauvages, de saison et de pleine terre. Les viandes et les poissons sont bios ou sauvages.

2. Les cuissons sont toujours réalisées à moins de 100° et à la minute : basse température en four à air pulsé à 85°, à la vapeur douce 95°, en déshydratation de 30° à 70°.

3. Toutes les graines utilisées sont préalablement germées : céréales, légumineuses, graines de légumes, graines condimentaires, oléagineuses.

4. La composition des plats respecte les associations alimentaires. Les modes alimentaires suivants sont représentés dans chaque carte : omnivore, végétarien et végétalien, gluten free et dairy free.

5. Les édulcorants utilisés sont uniquement des sucres naturels n’ayant pas subit de processus de transformation par chauffage (Sirop d'agave, sirop de Yacon, sucre brut, fruits séchés au soleil non farinés et non-souffrés, miels crus, stévia).

6. Les salants utilisés sont uniquement des sels en complexes vivants et naturels, non-pasteurisés, non sucrés et fabriqués selon les méthodes traditionnelles (fleur de sel, tamari, shoyu, prunes mébosi, umé su, algues, olives noires, tomates séchées).

7. Les seuls procédés de conservation utilisés sont la déshydratation à moins de 70° (généralement à moins de 42° C pour préserver les enzymes) et la lacto-fermentation sans pasteurisation ultérieure.

8. Les huiles utilisées sont du pur jus cru d’oléagineux extrait à froid en première pression, à une température inférieure à 40° et non grillées. Les huiles sont utilisées crues, ne sont jamais chauffées.

9. Aucun produit laitier n’entre dans la composition des plats, la seule exception est le fromage de chèvre au lait cru, non-pasteurisé après réalisation et servi le plus frais possible.

10. L’eau de consommation, des cuissons, des trempages de graines et de fruits séchés et des tisanes est osmosée et dynamisée.

11. Les produits d’entretien sont biodégradables, la vaisselle est faite à la main.

12. Tous les déchets organiques issus des préparations des cours et des repas sont recyclés en compost.